lillepdc1.jpgLe coeur est un muscle : plus il est entrainé, mieux il fonctionne. L’activité physique régulière aide la dilation des artères. Elle prévient aussi la formation de dépôts graisseux sur les parois internes des artères du coeur et du cerveau, qui risquent de provoquer un infarctus ou un AVC.

Au moins 30 minutes d’exercice physique 3 ou 4 fois par semaine sont nécessaires pour entretenir le cœur. Elles aident à :

- conserver un poids normal et si besoin à perdre quelques kilos,

- diminuer le « mauvais » cholestérol

- lutter contre le diabète

- réduire le risque de crise cardiaque

- réduire la pression artérielle

 

 

Une activité physique régulière diminue de 30 à 40% le risque d’accident cardiovasculaire

 

Chacun son rythme… Faire de l’exercice ne signifie pas nécessairement pratiquer un sport de compétition !

Il faut choisir l’activité physique qui convient et qui fait plaisir ! Un exercice d’endurance long et régulier est bon pour le cœur. Quelques solutions simples pour intégrer l’activité physique à la vie quotidienne : prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, utiliser les transports en commun plutôt que la voiture, privilégier la marche à pied pour vos déplacements, descendre un arrêt de bus plus tôt, mettre plus d’énergie dans les gestes et activités au quotidien…

Une activité physique adaptée et régulière est encore plus importante pour les personnes ayant déjà un problème cardiovasculaire !

 

Un bon moyen de lutter contre le surpoids

 

L’activité physique aide à conserver un poids normal et si besoin à perdre quelques kilos. Atteindre un « poids de santé » est recommandé. Une consultation chez un médecin généraliste peut aider à trouver cet équilibre qui pourra également indiquer les aliments sains qui permettent de réduire le taux de cholestérol.

 

Le plus puissant des anti-stress

 

Personne n’est épargné par le stress, « mal du siècle ». Il est une réponse normale de l’organisme face à un ensemble de contextes modifiant son fonctionnement habituel. Il peut être positif et pousser à l’action ou à l’effort lors d’un challenge professionnel ou sportif. Mais le plus souvent, le stress est négatif et engendre des émotions désagréables. Ce stress chronique a une influence négative sur les facteurs de risque cardiovasculaire. Le stress incite à fumer davantage, en donnant l’illusion d’un moment de détente. Il peut faire grossir, en favorisant le syndrome métabolique, ce qui augmente sensiblement le risque d’infarctus. Enfin, certaines personnes sensibles au stress ont tendance à être davantage sédentaires.

 

Le sport sans risque

 

- Pendant le premier quart d'heure, démarrez lentement pour arriver progressivement à votre rythme.

- Respirez à fond, buvez de l’eau régulièrement.

- N’allez jamais au bout de vos limites.

- Apprenez à connaître votre fréquence cardiaque limite (220 - votre âge = nombre de battements par minute).

- Contrôlez souvent votre pouls (nombre de pulsations pendant 15 sec x 4).

- Accordez-vous des temps de repos durant lesquels votre fréquence cardiaque doit diminuer d’au moins 30 battements en 3 minutes.

 

Les bienfaits des transports en commun…

 

La marche « utilitaire » est importante. Elle correspond pour une bonne part aux déplacements domicile-travail ou domicile-école. 19 % des Français de 15 ans et plus effectueraient des trajets à pied « utilitaires » plus d’une fois par semaine. C’est pourquoi les transports en commun sont bons pour la santé, car contrairement à la voiture, ils sont associés à un minimum d’activité physique quotidienne.

C’est le message conjoint de la Fédération Française de Cardiologie et de Transpole dans la Métropole Lilloise, dans le cadre de leur partenariat pour les Parcours du Cœur.

 

Quelques chiffres…

 

Une activité physique régulière, équivalente à 30 minutes 5 fois par semaine. Moins de 60 % des adultes respectent cet objectif.

Les femmes font moins d’activité physique que les hommes, en particulier dans les milieux défavorisés. 37% des lycéennes de milieux défavorisés disent ne pratiquer aucun sport en dehors du lycée. Il y a deux fois moins de licenciés dans un club de sport dans les quartiers populaires que dans le reste de la population.

La moitié à peine des jeunes Français atteint le niveau d’activité physique défini par les recommandations. Les enquêtes indiquent que 40 à 60 % des enfants et des jeunes ne pratiquent pas d’autre d’activité physique que celle des cours obligatoires à l’école.

Ils nous soutiennent

Facebook FFC Nord - Pas de Calais