"Il faut insister sur la dimension plaisir de l’activité physique"


gilot

Fabien Gilot (Cercle des Nageurs de Marseille, champion du monde et olympique de natation)

 

Pourquoi vous impliquer dans les Parcours du Cœur du Nord – Pas de Calais ?

D’abord, parce que c’est ma région d’origine et que j’y suis attaché. Ensuite, parce que c’est très important de sensibiliser le grand public à pratiquer une activité physique ou un sport pour que chacun puisse préserver sa santé. Nous avons envie de profiter de nos parents, de nos grand-parents le plus longtemps possible et cela passe par un message de prévention santé. Faire 30 minutes d’activité physique trois ou quatre fois par semaine permet de réduire fortement le risque de maladie cardiovasculaire.

 

Vous soutenez particulièrement les Parcours du Cœur Scolaires ?

Il y a deux raisons importantes de développer la prévention santé dans les établissements scolaires. D’abord pour expliquer aux enfants qu’il faut construire sa bonne santé en adoptant une bonne hygiène de vie, qui passe par l’activité physique. Et aussi parce qu’ils vont faire passer le message à leurs parents et à leur famille en rentrant de l’école, en étant plus convaincants que n’importe qui !

 

La prévention n’est pourtant pas une habitude très française ?

Les anglo-saxons sont plus en avance que nous… Nous avons tendance à nous soigner quand nous sommes malades plutôt qu’essayer d’éviter de tomber malade ! Nous devons pourtant y arriver, car il y a beaucoup de sports très agréables à pratiquer et qui ont un effet bénéfique sur la santé. Il faut communiquer sur la dimension plaisir de l’activité physique.

 

Craywick.JPGVous faites souvent référence au plaisir de pratiquer un sport…

C’est encore plus vrai pour le sport de haut niveau. Le devoir de réussir et la peur de l’échec ont bloqué le sport français pendant de longues années. Puis on s’est rendu compte que pression était trop forte et les contraintes trop lourdes pour les athlètes. La clé de la réussite, c’est de garder la notion de plaisir pour avoir envie d’aller toujours plus loin. C’est ce qui rend heureux et qui va contribuer à la performance. Pour performer, un athlète doit être bien dans sa vie. Si les entrainements sont durs, il faut du plaisir en contrepartie. J’ai la chance de rencontrer des sportifs de toutes les disciplines, au plus haut niveau mondial. Nous prenons tous du plaisir à pratiquer notre sport, on trouve l’énergie quand on aime ce que l’on fait.

 

C’est un bon message à faire passer aux jeunes, même au-delà du sport !

Nous devons essayer d’adopter une attitude positive. Ce qui nous bloque dans notre progression, c’est de regarder les choses de manière négative. Derrière tout événement négatif, il y a du positif, il faut savoir se servir de ses échecs pour continuer à avancer et aller plus loin. Les Américains sont très bons dans la « positive attitude ». Ils s’engagent à fond à la poursuite de leur objectif. Même s’ils ne l’atteignent pas, ils ne sont pas déçus, car ils estiment qu’ils ont tout donné et qu’ils n’ont pas de regret. Il faut rester positif face à une défaite, car elle va nous aider à construire les succès de demain. C’est vrai que c’est valable bien au-delà du sport !

Ils nous soutiennent

Facebook FFC Nord - Pas de Calais